Kandy, ville sacrée du Sri Lanka

Le voyageur qui découvre le Sri Lanka fait inévitablement un séjour à Kandy. Cette ville fait partie du Triangle culturel du Sri Lanka, dont elle constitue l’une des trois pointes avec Anuradhapura et Polonnaruwa.

Connue essentiellement pour le Temple de la Dent et le jardin de Peradeniya, la ville de Kandy possède bien d’autres trésors pour celui qui souhaite s’aventurer hors des sentiers battus, Rencontres au bout du monde vous invite à les découvrir.

 

La ville de Kandy

La ville de Kandy fut la capitale du Royaume de Kandy à partir de 1592. Prise par les Portugais au XVIe siècle puis les Hollandais au XVIIe siècle, Kandy perdit son titre de capitale en 1815, à l’arrivée des Britanniques mais conserva néanmoins son prestige et sa splendeur liés à sa fonction de capitale religieuse et culturelle du Sri Lanka.

La ville a été inscrite au Patrimoine mondial de l’humanité, par l’UNESCO en 1988.

Kandy,  située à 116 km de Colombo, a été bâtie autour d’un immense lac artificiel, œuvre du dernier roi de Kandy. A 500 mètres d’altitude, dans une grande vallée à la végétation luxuriante Kandy bénéficie d’un climat relativement frais et d’une vraie douceur de vivre.

Vous tomberez sous le charme de ses maisons coloniales nichées dans la verdure, de son  marché central, mosaïque de couleurs et d’odeurs, de ses nombreux monastères.

Le Temple de la Dent de Kandy est toujours très fréquenté, les fidèles viennent de toute l’île pour se recueillir.

Les deux circuits proposés par Rencontres au bout du monde s’achèvent à Kandy, permettant aux voyageurs qui ont un peu plus de temps de prolonger leur séjour pour profiter pleinement et à leur rythme des splendeurs de la ville en suivant nos conseils et idées de visites.

 

Les incontournables de Kandy

Le Temple de la Dent

Le Sri Lanka est un pays à la culture fortement marquée par le bouddhisme, il possède d’innombrables temples. L’un d’entre eux, le Temple de la Dent, présente une importance particulière pour les bouddhistes pratiquants, pour lesquels il est indispensable de s’y rendre au moins une fois dans sa vie en pèlerinage.

 

L’histoire tumultueuse de la dent de Bouddha

Arrivé dans l’île au IIIe  siècle avant J.-C., le bouddhisme s’est transmis de génération en génération de moines Theravada en entretenant la parole du Bouddha, telle qu’elle fut rapportée et transmise de son vivant.

La légende dit qu’à la mort de Bouddha, en Inde, en 543 av. J.-C, quelques reliques, l’os du front, deux clavicules et quatre dents, furent retrouvées intactes parmi les cendres du bûcher funéraire. Les reliques furent partagées entre les disciples de Bouddha puis dispersées à travers toute l’Asie. Pendant plus de huit siècles, une dent de Bouddha fut conservée en Inde par les rois successifs, ils favorisèrent l’organisation de cérémonies grandioses autour de la relique pour maintenir la religion bouddhiste dans le pays. Au début du VIIe  siècle, lorsque le roi Guhasiva vit son trône menacé par une dynastie non bouddhiste, il demanda à sa fille Hemamela, de mettre la Dent de Bouddha en sécurité à Ceylan, où régnait un roi ami et allié.  Hemamela dissimula la dent dans sa chevelure et partit pour Ceylan avec son époux. Après bien des péripéties, la Dent de Bouddha arriva à Anuradhapura, alors capitale du royaume et devint le symbole de la puissance et de l’indépendance de la nation cinghalaise. Les royaumes se succédèrent et la Dent de Bouddha fut déplacée de capitale en capitale avant d’arriver définitivement à Kandy, où est érigé en son honneur le  Sri Dalada Maligawa  ou Temple de la Dent.


La construction du Temple de la Dent de Kandy

Situé sur la rive nord du lac de Kandy, Le Temple de la Dent de Bouddha est construit dans l’enceinte de l’ancien Palais de Kandy, où vécurent la plupart des rois de Ceylan.

Le Temple de la Dent a été construit entre 1687 et 1707, chaque roi ajoutant sa pierre à l’édifice. Fortement endommagé durant les guerres coloniales contre les Portugais et les Hollandais, puis durant la guerre civile, opposant Cingalais et Tamouls, le temple d’origine a chaque fois été  reconstruit. Autour du Temple de la Dent, on trouve d’autres édifices tels que le Palais Royal, la salle des audiences, la bibliothèque, des temples secondaires à la fois bouddhistes et hindouistes, différents pavillons.


L’architecture du Temple de la Dent de Kandy

Une enceinte blanche percée de niches destinées à recevoir des lampes à huile de coco et un haut mur crénelé entourent les bâtiments. Au bas des marches du portail d’entrée se trouve une pierre de lune en demi-cercle dans le style de Kandy. Des éléphants en pierre gardent chaque côté du portail. Les deux niveaux du sanctuaire sont surplombés par une toiture dorée.

Si de l’extérieur le Temple de la Dent offre une architecture sobre, l’intérieur est opulent et richement décoré d’or, d’ivoire, de peintures et de sculptures.

 

Les cérémonies du Temple de la Dent 

Rencontres au bout du monde a choisi de vous faire visiter le Temple de la Dent au moment d’une cérémonie pour que vous puissiez vous imprégner de la ferveur qui anime le site.

A la nuit tombée, les fumées d’encens et les lueurs tremblantes des bougies à l’huile de coco donnent au lieu une ambiance magique.

Un moment incroyable à vivre au moins une fois !

Un guide francophone de Rencontres au bout du monde, vous accompagnera dans votre découverte. Il vous expliquera les différentes étapes de la vie de Bouddha et vous contera l’histoire du Temple de la Dent. Ainsi, vous serez entièrement disponible pour profiter de la beauté du lieu sans avoir les yeux rivés sur un plan pour vous diriger et obtenir des renseignements.

Vous devrez vous déchausser et couvrir épaules et genoux avant de franchir un pont qui enjambe des petites douves remplies d’eau. Attendez-vous à une foule impressionnante car le lieu est très prisé.

A l’entrée, des vendeuses de fleurs proposent des bouquets de lotus, des colliers de jasmin parfumé ou des fleurs de frangipanier pour faire des offrandes.

 

Le Temple de la Dent marque le centre du palais royal de Kandy. On entre par un corridor vouté ornés de fresques représentant les processions de l’Esala Perahera, grande fête bouddhiste qui a lieu chaque année au Temple de la Dent et dans toute la ville de Kandy.  Le Temple de la Dent se dresse sur deux niveaux répartis autour d’une cour intérieure, son toit est orné de centaines de lotus dorés. La porte principale, en argent, est entourée d’imposantes défenses d’éléphant, elle débouche sur un espace quadrillé de piliers en bois, la cour des tambours.

Vêtus d’une tenue traditionnelle blanche, symbole de la lumière, de nombreux fidèles attendent en priant. Des familles entières sont  venues se recueillir, déposer des offrandes (fleurs, encens, argent ou nourriture) et vénérer la relique du Temple de la Dent, acte qui garantit le bonheur dans cette vie et la félicité dans la vie de l’au-delà.

La porte en laiton qui mène à la chambre de la Dent est encadrée de magnifiques défenses d’ivoire. Elle est protégée par une grille dorée et précieusement protégée par les moines et de nombreux gardes. Elle ne s’ouvre que pour les trois cérémonies quotidiennes de prières et d’offrandes. Le début d’une des cérémonies journalières du Temple de la Dent est annoncé par des joueurs de percussions et de flûtes. Il suffit ensuite de suivre la foule qui gravit les marches menant au deuxième niveau où se situe la chambre sacrée et d’attendre son tour. Chacun se précipite pour tenter d’apercevoir de loin le reliquaire, les gardes pressent les nombreux visiteurs. La dent est enveloppée dans une feuille d’or, placée dans un étui recouvert de diamants et de rubis, ce dernier est enfermé dans sept coffres d’or cloutés de pierres précieuses. L’ensemble repose dans un reliquaire en forme de stupa. Vous ne verrez pas la dent mais vous serez témoin de la dévotion des pèlerins venus entrevoir la relique et de leur ferveur religieuse. Vous vivrez une expérience authentique et inoubliable.

 

Le palais royal de Kandy

La bibliothèque

Installée dans une petite tour octogonale, à la sortie du Temple de la Dent, elle rassemble de nombreux livres d’une grande valeur historique, dont un manuscrit qui raconte la vie de Bouddha.

Le hall de prières

A l’arrière du Temple de la Dent, s’élève un grand bâtiment de deux étages. Une  vaste salle de prières  présente des peintures qui  illustrent l’histoire des pérégrinations de la Dent de Bouddha jusqu’à son arrivée au Temple de la Dent à Kandy. Des Bouddhas assis, dont certains ont été apportés en cadeau de l’étranger (Japon, Chine, Thaïlande, Corée, Taiwan) s’alignent le long des murs. Les étages supérieurs exposent des objets de culte, des photos, des archives de Kandy à l’époque coloniale et les cadeaux de dirigeants étrangers.

Le musée national

Jadis la résidence des concubines royales, il a été converti en musée en 1942. Il expose  des insignes royaux et des souvenirs de la vie cinghalaise avant l’arrivée des Européens, costumes, instruments de musique, masques, armes, laques et bijoux.

La salle d’audience

Les rois de Kandy tenaient conseil, rendaient la justice et recevaient les ambassadeurs étrangers dans ce pavillon ouvert. C’est dans cette salle d’audience qu’a été établie et lue au peuple, le 2 mars 1815, la convention  qui faisait passer le royaume du dernier roi de Kandy sous souveraineté britannique. Des piliers en teck, sculptés de motifs végétaux, supportent l’imposante toiture de tuiles, ils sont caractéristiques de l’art de la période de Kandy. Aujourd’hui la salle d’audience est encore utilisée pour certaines cérémonies officielles.

 

Le musée Raja

La visite du site du Temple de la Dent se termine par une petite salle accueillant la dépouille naturalisée de Raja, un éléphant qui a transporté la relique de la dent du Bouddha dans la ville, lors de l’Esala Perahera pendant plus de 50 ans. Il est tellement célèbre qu’il a été déclaré trésor national et qu’une journée de deuil a été observée dans le pays à son décès en 1988 !

 

Les abords du Temple de la Dent de Kandy

Quatre temples sont dédiés aux dieux disciples du Bouddha et protecteurs de l’île. Vous pourrez remarquer que les bouddhistes et les hindous vénèrent les mêmes dieux.

A l’ouest du Temple de la Dent

Pattini Devale : Ce temple de taille modeste, orné de peintures bariolées, est très populaire. Il est dédié à la déesse hindoue de la fécondité, réputée protéger des maladies graves. Une foule de fidèles, à majorité féminine, vient l’honorer.

Natha Devale : une partie de ce temple ancien est construite à l’intérieur d’un arbre sacré. Le bâtiment se dresse sur une terrasse en pierre, il accueillait les cérémonies au cours desquelles les nouveaux rois se voyaient attribuer leur nom de règne.

Vishnu Devale : Ce temple est consacré à Vishnou, le protecteur, chargé par Bouddha de veiller sur le pays.

A une centaine de  mètres du Temple de la Dent, en plein centre ville.

Kataragama Devale : Tenu par des prêtres hindous, il est dédié au fils de Shiva qui combat les forces du mal. Son portail coloré orné de paons est visible de loin.

 

L’Esala Perahera de Kandy : un évènement incontournable

L’origine de l’Esala Perahera

L’origine de l’Esala Perahera est controversée, solliciter la bénédiction dieux afin d’obtenir la pluie pour les récoltes ou commémorer la campagne militaire menée par le roi Gajabahu pour délivrer les populations cingalaises emmenées en esclavage en Inde.

L’arrivé de la Dent sacrée de Bouddha à Anuradhapura au IV e  siècle donna lieu à la première célébration puis sous le règne du roi Rajasingha (1747-1782) la réplique de la Dent prit la tête d’une procession qui se rendait uniquement aux quatre temples dédiés aux divinités protectrices de l’ile. Depuis, la cérémonie a pris de l’ampleur et tous les ans la ville de Kandy vit au rythme de cette gigantesque fête.

Le rituel de l’Esala Perahera

Cette procession est devenue l’un des plus beaux spectacles de Sri Lanka et se déroule en quatre étapes, selon un ordre bien établi.

 

La cérémonie du Kapsituvima

La date déterminée par l’astrologue du Temple de la Dent marque le lancement de l’Esala Perahera. Les supérieurs des quatre temples dédiés aux divinités protectrices de l’île,  NathaVishnuKataragama et Pattini choisissent un jacquier qui n’a jamais donné de fruits et découpent le tronc en quatre morceaux égaux pour les planter solennellement dans la cour de leur temple. Ce rituel honore le Dieu de la fertilité afin qu’il assure de bonnes récoltes. Les cinq soirs suivants, l’insigne sacré de la divinité de chaque temple est porté en procession autour du tronc coupé de jacquier.

Kumbal Perahera

Le sixième soir marque le début de la fête. A la tombée de la nuit, des processions partent des différents temples dédiés aux divinités protectrices de Kandy pour se rejoindre et former une grande procession jusqu’au Temple de la Dent magnifiquement illuminé. Des danseurs maniant le fouet, évocateur du tonnerre et de la foudre prennent la tête du cortège. Ils sont suivis des porte-étendards de chaque province et d’acrobates manipulant des cercles de feu. Un premier éléphant, accompagné de quatre tambours,  transporte les titres de propriété de la Dent, suivi par un éléphant male, aux défenses imposantes, portant sur son dos un palanquin illuminé contenant une réplique de la Dent. L’authentique relique de la Dent ne quitte jamais le Temple de la Dent pour des raisons de sécurité. On déroule devant l’imposant pachyderme un tapis blanc, au fur et à mesure de sa progression, car il ne doit pas toucher le sol au risque d’être impur. Il est suivi de plusieurs dizaines d’éléphants scintillants,  habillés de tissus chatoyants brodés de fils d’or et ornés de pierreries. Ils sont peints de couleurs vives et maquillés, leurs défenses sont recouvertes de métal doré. Les notables de la ville, gardien du temple de la Dent, officiers puis les représentants des divinités protectrices défilent accompagnés de centaines de danseurs acrobatiques, jongleurs, musiciens vêtus de majestueux costumes. Il semble que tous les hommes et enfants de la ville sont présents, seules quelques les femmes participent au défilé de la déesse Pattini, déesse de la Pureté. Les processions se renouvellent durant cinq soirs dans les rues de Kandy, en changeant de parcours quotidiennement.

Randoli Perahera

La somptuosité et l’enthousiasme qui animent les cortèges s’amplifient jusqu’au dixième soir, sommet de la fête, où défile une centaine d’éléphants. La réplique de la Dent est emmenée au nord de la ville, à l’endroit où elle fut accueillie à son arrivée à Kandy, au petit jour elle sera escortée jusqu’au Temple de la Dent.

Diya Kepeema

Le dernier jour,  celui de la pleine lune, met fin à cette grande célébration. Le cœur de la fête se déroule en journée sur les rives de la rivière Mahaweli à Getambe, à 7 km au sud-ouest de la ville. C’est la cérémonie de “l’ouverture des eaux”  au cours de laquelle les officiants des temples frappent l’eau avec un sabre puis vident un pichet rempli l’année précédente. Ils puisent une nouvelle eau qui sera conservée dans le sanctuaire jusqu’à la prochaine Perahera. La légende dit que cette cérémonie finale est toujours suivie d’une averse.

 

Assister à l’Esala Perahera de Kandy

Le défilé débute aux alentours de 19h30 et le spectacle rassemble un nombre impressionnant de sri lankais et de touristes. L’itinéraire emprunté par le cortège change chaque soir, il est donc indispensable de se renseigner sur le circuit. Pour assister à la procession, il existe deux possibilités :

– réserver une place assise sur des gradins ou des chaises auprès de restaurants, hôtels et commerçants situés sur le passage de la procession. On vous demandera de vous présenter dès 17 h 30, les places sont payantes et plutôt chères (50 € la place basique à 100 € la place de premier choix) de plus, vous ne serez entourés que de touristes !

– contempler le défilé depuis la rue au milieu de la foule et partager ce moment festif avec la population. Il faudra dans ce cas choisir votre place bien à l’avance car dès le matin, des familles entières s’installent sur les trottoirs pour réserver leur emplacement. Vous pouvez aussi vous tenir derrière les grilles qui entourent le palais et le lac.

Conseils pratiques 

–  Apporter de l’eau et de la nourriture,  vous pouvez aussi vous adresser aux vendeurs ambulants qui passent jusqu’au dernier moment avant le début des processions.

–  Prévoir une protection pour le soleil et un vêtement de pluie (au cas où), mais aucun risque d’avoir froid : entre la chaleur moite, la densité de la foule et les torches en flamme, il fait suffisamment chaud ! La fumée qui se dégage des écorces de noix de coco brulées peut être irritante.

–  Penser à charger sa batterie à bloc pour faire des photos, ce serait dommage de tomber en panne ! Le flash ne sert à rien à cette distance, de plus il est gênant pour les autres spectateurs.

–  S’organiser pour le retour après la fête car la foule se disperse en même temps, les bus sont bondés et les tuk tuk pris d’assaut.

 

Des visites insolites grâce à Rencontres au bout du monde

 

Le Bouddha géant : Bahirawa Kanda

Perché sur une colline à l’ouest du centre ville, cet immense bouddha haut de 27 m semble veiller sur la ville de Kandy. Le site est accessible à pied (ça grimpe…) à partir du centre. La blancheur immaculée de la statue tranche dans la verdure de la végétation qui l’entoure. En contrebas s’élèvent un arbre de Bodhi, un petit temple et une librairie très accueillante qui propose des objets liées à la religion. On peut monter à l’intérieur de la statue par un petit escalier à l’arrière.

N’oubliez pas de profiter de la magnifique vue sur le lac de Kandy et les collines qui entourent la ville.


Le cimetière du Commonwealth

La seconde guerre mondiale a fait de nombreuses victimes en Asie. Ce cimetière bien entretenu compte 163 tombes de l’époque coloniale. L’âge des défunts surprend car rares sont ceux qui ont dépassé 40 ans. Les causes des décès sont diverses : insolation, attaque d’éléphant ou “fièvre de la jungle”. Si le gardien est présent vous pourrez profiter de ses explications, il a une histoire à raconter sur chaque sépulture.

L’Église Saint-Paul

L’église Saint Paul a été construite au 19 e  siècle par les Britanniques et possède le plus grand orgue du Sri Lanka. Elle est très proche du site du Temple de la Dent (sortie ouest) et très peu fréquentée, vous pourrez donc la visiter en toute tranquillité.


Le marché central couvert de Kandy

Pour découvrir la vie bouillonnante de Kandy, se perdre dans les allées au milieu des épices, des empilements de fruits et légumes, des stands de viandes, des étalages de vêtements et  ménagers, faire le plein d’images colorées et d’odeurs, une visite au marché s’impose. Tout autour, de nombreuses ruelles abritent des échoppes de vêtements, soies, bijoux…

Le Queen’s Hotel

Célèbre hôtel au charme désuet de style anglo-indien,  édifié au XIX e  siècle situé tout près du Palais Royal. Il est tout à fait possible d’y entrer juste pour le plaisir des yeux ou éventuellement boire un verre … de thé accoudé au comptoir sous les ventilateurs.


Helga’s Folly

Il faut emprunter un chemin tortueux pour découvrir niché dans un écrin de végétation luxuriante, cet édifice rouge des années 1930. C’est la maison d’un ancien mannequin de chez Dior issue d’une famille de politiciens et d’artistes sri-lankais, toute droite sortie du livre de Lewis Carroll “Alice au pays des merveilles”. La demeure est un vrai labyrinthe avec un patchwork de fresques colorées, portraits, divinités bouddhiques et hindoues, squelettes, animaux et personnages imaginaires.

Des chandeliers gothiques dégoulinants de cire semblent figés dans le temps, des phonographes, des meubles anciens, de lourds rideaux de velours, des plafonds peints complètent le décor. La visite est payante (environ 3 €) mais il est aussi possible de s’installer dans l’un des trois salons à la décoration chargée pour boire tranquillement un verre, puis se balader dans les différentes salles, sur un fond de musique des années 30. Avec un peu de chance, la propriétaire des lieux, qui plus de 80 ans, viendra vous saluer et échanger quelques mots avec vous. Enchantement garanti !

 

Dans les environs de Kandy

Le jardin botanique de Peradeniya  ( à 6km au sud-ouest de Kandy)

Il est considéré comme l’un des plus beaux jardins botaniques du monde et fait partie des sites incontournables à visiter.

L’histoire du jardin de Peradeniya

Ce parc d’agrément royal aménagé à la fin du XVIII e  siècle a été transformé en jardin botanique par les britanniques en 1821. C’est un lieu extrêmement reposant pour se promener ou pique-niquer en famille, les couples d’amoureux s’y retrouvent, les futurs mariés se font photographier en tenue traditionnelle.

Un site paradisiaque

D’une surface de 60 hectares, le jardin  compte plus de 4000 spécimens et alterne parterres fleuris, plans d’eau, longues allées de palmiers royaux ou d’araucarias, gigantesques étendues de pelouse, arbres à boulets de canon, palmiers à cocos, arbres à caoutchouc d’Assam, arbres à saucisses, bambous géants de près de 30 mètres et  gigantesque figuier de Java couvrant une surface de 2 500 m². Il est renommé pour son impressionnante collection d’orchidées, son jardin d’épices et de plantes médicinales.

 

Le centre d’art et de culture Suriya Kantha (à 10 km au sud-ouest de Kandy)

Ce centre d’art et de culture, situé à Handessa, est à 7 km au sud du jardin botanique de Peradeniya.

La visite guidée assurée par l’hôte des lieux, ancien Directeur de l’Alliance française, est commentée en français ou en anglais. Elle se fait uniquement sur réservation, au moins 24 h à l’avance  et peut s’accompagner d’un repas traditionnel sri lankais. Ce musée est dédié à l’histoire et la culture de la région, mobilier traditionnel, objets d’art, livres anciens, photographies récoltés depuis plus de vingt cinq ans au travers de l’île.  La collection s’est enrichie, en 2016, d’une galerie d’art qui accueille des expositions temporaires, accordant une place privilégiée à la création contemporaine. Immergée au sein d’une végétation luxuriante, le bâtiment de style hollandais est  bordé à l’avant et à l’arrière de larges vérandas aux piliers massifs.

 

La tour d’Ambuluwawa (à 25 km au sud-ouest de Kandy)

Pour accéder au sommet de la colline, sur laquelle se dresse une tour de 48 m, d’un blanc immaculé, il faut monter avec un véhicule 4×4 ou se garer sur le parking en bordure de route et continuer à pied ou en tuk tuk. Les vues le long du chemin sont vraiment magnifiques.

Si vous effectuez la visite le matin, vous pourrez voir la brume se propager doucement à travers la végétation. Au coucher du soleil la lumière rougeâtre qui teinte les vallées adjacentes est aussi très belle.

Le site est composé de 4 bâtiments religieux qui représentent les principales religions du Sri Lanka : le Bouddhisme, l’Hindouisme, l’Islam et le Christianisme. Après la guerre civile qui a opposé Cinghalais bouddhistes et Tamouls hindous, la tour d’Ambuluwawa est un témoignage de la paix retrouvée et un beau symbole d’humanité.  La tour Ambuluwawa, date du  13 e siècle, elle est cernée par plusieurs montagnes (Knuckles Rock Range, Sri Pada, Bible Rock et Piduruthalagala). Ceux qui n’ont pas le vertige, peuvent grimper jusqu’au sommet de la tour en utilisant les escaliers en colimaçon. Des plates-formes intermédiaires permettent de faire quelques pauses. Les escaliers forment des étoiles irrégulières et se rétrécissent jusqu’à atteindre une surface de quelques mètres carrés, mais aucun danger, ils sont sécurisés par une barrière. Au sommet, la vue à 360 °, sur les chaînes de montagnes et les vallées environnantes est à couper le souffle.

La colline d’Ambuluwawa et la forêt adjacente forment une réserve forestière avec des arbres à feuilles persistantes, des plantes à fleurs et des plantes grimpantes et environ 200 sortes de plantes appartenant à 80 familles, y compris une variété de plantes médicinales.

Françoise Costechareire

Nos suggestions de voyages pour découvrir Kandy :

 

Crédit photo : Françoise C. avec nos remerciements.